//
you're reading...
Cinéma, Etudes

La Planète de Chris Marker

Un an après sa mort (à tout juste 91 ans), le Centre Pompidou rend hommage à Chris Marker avec la rétrospective « Planète Marker », pendant deux mois des séances régulières sont organisées pour projeter toutes ses créations vidéo.

Cette petite salle donne un aperçu de la diversité de ses films:

2013-11-24 12.16.35

Grâce à Youtube vous pouvez regarder en entier quelques classiques:

La Jetée , 1962, photo-roman de science-fiction, révèle sa hantise de voir arriver la Troisième Guerre mondiale.

Les statues meurent aussi, 1953, co-réalisé avec Alain Resnais, essai documentaire sur l’art nègre et le colonialisme, longtemps interdit par la censure.

Sans soleil, 1982 (extraits).

Si j’avais 4 dromadaires, 1966, raconte ses voyages dans 26 pays. Sujet: un photographe amateur et deux de ses amis commentent un choix de photos prises un peu partout dans le monde.

L’Héritage de la chouette, 1989, documentaire qui explore les liens entre la Grèce antique et le monde d’aujourd’hui.

Chris Marker fut aussi un homme de lettres, devenu directeur éditorial aux Editions du Seuil, il invente et dirige la collection « Petite Planète », guides critiques illustrés avec un portrait de femmes sur chaque couverture, pour signifier l’approche singulière et toujours privilégiée des peuples étrangers! Chaque numéro est dédié à un pays et se veut être un guide de voyage littéraire, « l’équivalent, plutôt, de la conversation que vous aimeriez avoir avec un homme intelligent et connaissant bien le pays qui vous intéresse » selon lui.

Il a également ces mots géniaux: « Nous avons passé le cap du XIXe siècle. On ne s’évade plus si facilement d’un monde désormais conquis, et un nouveau tourisme apparaît, qui exorcise le pittoresque. Cet engouement du lecteur pour la connaissance du monde, ce n’est pas le signe qu’il s’est brusquement découvert pour les autres nations une curiosité longtemps sommeillante : c’est plutôt qu’il a compris que leur connaissance était une étape, une composante indispensable de la connaissance de soi-même. Ce n’est pas le Français qui a changé : c’est la géographie »

2013-11-24 12.11.36

Il aimait également collaborer avec d’autres artistes, extrêmement curieux et s’adaptant aux évolutions technologiques, proche des faits marquants de l’Histoire, globbe-trotter également. C’est un homme rare aujourd’hui, à la fois libre et soucieux de comprendre et d’être au diapason de son époque.

Les éditions du Seuil lui rendent un magnifique hommage sur leur site internet: « Chris Marker au Seuil » par Hervé Serry.

Proche d’Henri Michaux, celui-ci disait de lui: « il faudrait raser la Sorbonne et mettre Chris Marker à la place », malgré l’extrême de cette phrase, c’est dire la richesse intellectuelle qu’il avait et, bien qu’il ne fut pas homme médiatique, son héritage va rester et marquer notre génération.

Gorgomancy est l’un de ses derniers projets:

2013-11-24 12.24.46

À propos de blendedartvision

Aime piocher dans la musique, me projeter dans des films, le partager, explorer des cultures, y apprendre des sens et apprécier ce qui est beau...

Discussion

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :